Tract « Assistant-es Sociaux-ales » (Sept.2016)

asssocLe dernier trimestre 2016 a vu se développer une mobilisation de grande ampleur contre la loi travail qui constitue un recul historique pour les salarié-e-s, ce qui est inacceptable pour la CGT. Ce projet de loi n’a fait l’objet d’aucune négociation préalable avec les principales organisations syndicales et a été adopté sans débat parlementaire grâce à l’article 49-3. Ce déni de démocratie est le signe d’un échec patent !!

D’autres projets ont été adoptés sans aucune légitimité démocratique, tel que le PPCR (Parcours Professionnels Carrières et Rémunérations) et aussi le RIFSEEP, nouveau régime indemnitaire, qui concerne tous les personnels, administratifs, sociaux et de santé.

La CGT dénonce fermement ce régime indemnitaire contraire à l’esprit de la Fonction publique de carrière telle qu’elle fut définie en France au sortir de la guerre et généralisée aux trois versants en 1984.

Le RIFSEEP sape les piliers du statut général de la Fonction publique, en les remplaçant par l’individualisme, la concurrence et leur cortège d’inefficacité, de violence et de souffrance au travail issue également de l’accroissement de la charge de travail…

Lire la suite dans le tract « Assistant-es Sociaux-ales » de la CGT-Éduc’action 

TOUJOURS PAS D’ÉGALITÉ FEMMES/HOMMES DANS LA FONCTION PUBLIQUE !

La CGT présente ses propositions/exigences à la mission diligentée par le Premier Ministre

égalité2Le 1er juillet 2016, le Premier ministre a missionné la députée Mme Descamps-Crosnier sur l’inégalité de rémunération entre les femmes et les hommes dans la Fonction publique. S’il précise que l’égalité est une priorité pour le gouvernement, il admet que les inégalités existent et persistent, tant dans le déroulement des carrières professionnelles qu’en matière de rémunérations et de pensions.(…)

La CGT Fonction publique ne cesse de dénoncer ces inégalités et de porter des revendications pour atteindre l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

La Fonction Publique doit être exemplaire en la matière.

La CGT Fonction publique a souhaité rencontrer Mme Descamps-Crosnier afin de lui apporter ses propositions et ses analyses sur le sujet.
Notre délégation…  Lire la suite

Généralisation du domaine de la précarité dans l’Education nationale

precaritéstopEn cette rentrée 2016, le principal objectif du ministère a été de communiquer pour montrer que tout s’était très bien passé : aucun problème de sécurité grâce à la mise en place de mesures fortes et aucun élève sans enseignant-e dans la classe. Pour d’autres, soucieux également de communiquer positivement, les réelles nouveautés résidaient dans la mise en place des nouveaux programmes, l’augmentation et l’élargissement du versement de l’ISAE ou les nouveaux moyens donnés aux directeur-trices… 

Pour la CGT Éduc’action, la très grande nouveauté de cette rentrée est malheureusement la généralisation du recours aux personnels enseignants précaires dans les écoles. En effet, si ce type de recours est largement installé dans le second degré (elles-ils sont près de 30 000 !), il n’en était pas de même jusqu’à présent dans le primaire. Depuis cinq ou six ans, quelques départements seulement en ont eu besoin. Si le cas le plus emblématique et problématique reste la Seine-Saint-Denis, d’autres départements parisiens ainsi que le Rhône y ont eu recours.

Mais cette année…     Lire la suite

Parcours Professionnels, Carrière et Rémunérations : quelques explications sur 3 notes !

Ces documents analytiques sont intéressants en ce qui concerne l’analyse de la situation actuelle, mis en comparaison avec celle à l’horizon 2020. 
Alors oui, certes, il va y avoir une augmentation et il convient de noter que le projet qui nous est soumis est une première réponse aux attentes en matière de salaires des personnels enseignants. Toutefois, il faut aussi rappeler que les avancées proposées en matière de rémunération sont très loin de couvrir la perte de pouvoir d’achat de 14 % subie par les personnels depuis 2000. Il faut aussi se souvenir qu’il y a un blocage, depuis juillet 2010, de la valeur du point d’indice qui est l’unité de base de calcul des salaires dans la fonction publique.
 
Cela doit aussi être apprécié au regard des points que nous considérons comme très négatifs. L’annonce de la mise en place d’une classe exceptionnelle, qui est en réalité un grade à accès fonctionnel (GRAF), va accentuer les inégalités entre collègues ainsi que les inégalités salariales femme/homme. Ce nouveau grade qui ne concernera que 10 % des personnels d’un corps à terme, sera réservé en priorité aux enseignants ayant exercé des fonctions particulières (éducation prioritaire, directeur d’école, formateur, conseiller pédagogique…).
 
L’exemple du premier degré est éloquent. La valorisation à l’accès à ce nouveau grade pour des fonctions de directeur d’école, occupée majoritairement par des hommes, se fera au détriment des femmes, dans un corps très fortement féminisé.

Cette deuxième note a pour objet de mettre en évidence la revalorisation réelle, envisagée par le MEN, des rémunérations des personnels, constatée sur une carrière de 40 ans d’exercice, mais en faisant abstraction des 9 points d’indice majoré mensuels supplémentaires correspondant à l’intégration d’une partie des primes et indemnités.

A priori, pour les enseignants, ce sera certainement la partie fixe de l’ISOE (personnels du 2nd degré) et l’ISAE (personnels du 1er degré), qui sera impactée par cette intégration. 9 points d’indice majoré correspondront, au 1er février 2017, à 42,17 €. De ce fait, l’ISOE ou l’ISAE passerait de 99,93 €/ mois à 57,76 €. 

La revalorisation tant vantée par le Ministère est très limitée. Il n’y aura pas de réelle revalorisation des rémunérations des personnels enseignants, d’éducation et psychologues. Les seuls qui pourront éventuellement être concernés sont ceux qui bénéficieront d’une hypothétique intégration dans le 3ème grade (Classe exceptionnelle). Mais comme seulement 10% de l’effectif d’un corps pourra y accéder (dont 8% ayant rempli, pendant 8 ans minimum, des missions particulières ou ayant exercé en éducation prioritaire et seulement 2% pour les autres), on peut maintenant dire que l’immense majorité des personnels concernés ne sera pas revalorisée comme le prétend le Ministère.  

Voilà de quoi tempérer largement les annonces du Ministère !

Note 3 : note-na3-sur-le-ppcr-pour-les-personnels-enseignants

Une note concernant une analyse plus fine des grilles au regard de différentes situations de déroulement de carrière. Ainsi, vous pourrez constater que tout n’est pas rose dans le merveilleux monde que le Ministère essaye de nous vendre en matière de rémunérations de ses personnels…

Bref, de quoi alimenter les conversations lorsqu’un collègue ne parlera que des points positifs de ces PPCR, et cela permettra d’expliquer au mieux la position de la CGT Educ’action.
Bone lecture
Jean-Baptiste DELGENES
Secrétaire départemental de la CGT Educ’action 57
Tél. : 06.84.63.01.60

Quelle rémunération pour les personnels enseignants et d’éducation au 1er février 2017 ?

remunAu 1er févier 2017, les personnels enseignants et d’éducation devraient théoriquement voir une hausse de leur rémunération par l’effet combiné de la revalorisation indiciaire de leurs grilles de salaire prévue au 1er janvier 2017 (entre 4 et 11 points selon l’échelon) et l’augmentation de 0,6 % de la valeur du point d’indice majoré programmée au 1er février 2017.
Mais en réalité, cette augmentation sera nettement atténuée par le fait de la conversion primes/points à hauteur de 4 points d’indice et surtout, par l’augmentation de 0,35 %la cotisation de la pension civile au 1er janvier 2017…

Lire la suite dans le tract de la CGT-Éduc’action au format 

Lire également :

Rythmes scolaires : face à une nouvelle provocation pendant les vacances, la CGT reste mobilisée

rythmesSoucieux de faire admettre la réforme des rythmes scolaires aux municipalités, le gouvernement avait prévu des mesures dérogatoires et transitoires concernant l’encadrement des activités périscolaires. Afin que cette réforme ne pèse pas trop financièrement sur les communes, un plan d’aide financier avait été instauré et le taux d’encadrement avait été modifié pour embaucher le moins de personnel possible. Ainsi, il était prévu un‐e animateur‐trice pour quatorze mineur‐es âgé‐es de moins de six ans et un‐e animateur-trice pour dix‐huit mineur‐es âgé‐es de six ans ou plus…

Lire la suite du  communiqué CGT au format 

Suppression de la prime de 500 € pour les collègues effectuant 3 heures supplémentaires et plus : La position de la CGT-Éduc’action

sarko500Suite à la parution du décret n° 2016-1174 du 30 août 2016 abrogeant le décret n° 2008-927 du 12 septembre 2008 instituant une prime spéciale au bénéfice des enseignants qui assurent au moins trois heures supplémentaires année d’enseignement dans l’enseignement secondaire, de nombreux collègues s’interrogent sur la pertinence de la mesure ! …

Si nous comprenons parfaitement la colère de certains collègues au regard de la perte du pouvoir d’achat qu’ils risquent de subir par la suppression de la prime de 500 € pour les enseignants assurant au moins 3 heures supplémentaires année, il faut savoir que cette suppression avait été une des contreparties de la revalorisation des rémunérations des enseignants mise en œuvre dans le cadre du protocole PPCR. Ce projet a d’ailleurs été rejeté majoritairement par les organisations syndicales, dont la CGT, mais mis en œuvre par le gouvernement au mépris des règles édictées à l’article 8 bis de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (paragraphe IV).

Nous invitons nos collègues à lire notre 12 pages spécial intitulé « Revalorisation des rémunérations  des personnels enseignant-e-s, d’éducation et Psychologues : Une revalorisation en trompe l’œil ! », ainsi ils comprendront mieux les raisons de notre refus tout en prenant connaissance de nos revendications en matière de rémunération…

Lire la suite

Bulletin lycée n°14 et Bulletin collège n°11. Bonne lecture !

ala1

 

Au menu du bulletin-lycee-n-14-juin-2016 et du bulletin-college-n11 : : loi travail, revalorisation salariale, santé au travail…