Blanquer veut profiter de la crise et de « l’autonomie des établissements » pour organiser une dérégulation.
Au-delà du caractère hors sol de ces propositions, elles sont inacceptables sur le fond car elles imposent une surcharge de travail et fragilisent la référence des 18h hebdomadaires jusqu’à vouloir imposer une annualisation de fait.

ATTAQUES SUR LE STATUT ET LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PLP

Ainsi, il propose « – (…) des départs en PFMP se font au fil de l’eau en fonction des opportunités, sans calendrier annuel prédéfini (…), les effectifs « élèves » présents pouvant fluctuer de façon continue. ».

Le ministère bafoue les textes de loi : l’organisation des PFMP est régie par l’article R 421-2 du Code de l’éducation qui précise que l’organisation du temps scolaire fait l’objet d’un vote en CA.

La CGT Éduc’action considère que la mise en place du dispositif chef-d’œuvre est un échec et que les élèves de CAP ne seront pas en mesure d’être évalué·es équitablement pour cette session 2021.
Par conséquent, la CGT Éduc’action lance une pétition pour l’annulation du chef- d’œuvre. Soyons nombreux à la signer, pour faire aboutir cette revendication !

Lien vers la pétition :

https://www.change.org/p/monsieur-le-ministre-de-l-education-nationale-session-2021-du-cap-annulation-du-chef-d-%C5%93uvre?utm_content=cl_sharecopy_25219401_fr-FR%3A3&recruiter=84696667&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=share_petition

Les périodes de formation en milieu professionnel (PFMP) font partie intégrante de la formation.

Elles sont définies à l’article L. 124-1 du Code de l’éducation : « Les PFMP (…) correspondent à des périodes temporaires de mise en situation en milieu professionnel au cours desquelles l’élève (…) acquiert des compétences professionnelles et met en œuvre les acquis de sa formation en vue de l’obtention d’un diplôme ou d’une certification et de favoriser son insertion professionnelle ».